Week end de Pâques (ici c'est le vendredi qui est férié) et nous repartons sur les routes, 8 heures pour un peu moins de 400km...

DSC_0503

Bon, j'ai voulu prendre un "petit" raccourci de quelques dizaines de km, on se sentait un peu seuls parfois sur la route de terre, 

DSC_0500___Version_2_4

à seulement croiser le fermier qui va livrer son lait.

 

DSC_0502

Mais ça permet aussi de découvrir quelques jolies fermes isolées.

DSC_0521

Nous déjeunons en route dans un petit restaurant où l'on se sert directement sur la cuisinière à bois.

DSC_0528

Dans le petit village de Serro.

DSC_0566

Et puis, on passe un col et le paysage change complètement: la roche aride remplace la compagne verdoyante. On se croirait presque dans les Monts d'Arrée!

DSC_0637

Diamantina doit son nom à la découverte d'importantes mines de diamants au début du 18ème siècle. Elle est classée au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1999. Perdue au milieu des montagnes désolées, Diamantina a conservé ses belles demeures  et ses rues sinueuses d'il y a deux siècles.

La Casa de Gloria est un des monuments les plus remarquables de la ville. Ancienne résidence des contrôleurs de mines de diamants, et du premier évêque de Diamantina. Elle a aussi abrité un collège.

DSC_0711...DSC_0705

Un bénitier et un confessionnal sont toujours en place dans une salle de cour.

DSC_0654

...

DSC_0657

Le piano XXL du collège!

DSC_0754

...

DSC_0753

...

DSC_0592

Une "namorada" ( amoureuse)

 

DSC_0762

La salle du petit déjeuner de notre pousada (gîte).

DSC_0797

L'Estrada Real ou Caminho dos Escravos( Route royale ou Chemin des esclaves), route pavée, creusée dans la montagne , coûta la vie à des milliers d'esclaves noirs. Elle reliait Diamantina  à Parati, sur la côte de Rio de Janeiro, et servait au transport des pierres précieuses jusqu'aux navires portugais.

DSC_0863

DSC_0971

Les fleurs séchées sur le marché, des bijoux sont fabriqués avec leurs tiges dorées...

DSC_1036

...

DSC_1086

La route de Biribiri ( parce qu'on ne se lasse pas des routes de terre, même sans 4x4) à une douzaine de km de Diamantina...

DSC_1129

avec des petits ponts de bois… même pas peur!

DSC_1120

En 1870, l'évêque de Diamantina a eu l'idée d'utiliser le cours d'eau et la cascade de Biribiri pour monter une fabrique de tissu afin de donner du travail aux femmes pauvres du canton. Ces mêmes femmes ont cherché elles mêmes quelques pépites d'or dans la rivière et quelques diamants pendant leurs heures de repos, de quoi financer l'église … La fabrique a fonctionné jusqu'en 1973, elle a employé jusque 1200 personnes dans les années 50. Elle a été fermée essentiellement à cause de l'accès difficile et des "routes" en mauvais état. Ah bon ^^

 

Et enfin, des lapins, parce que ce sont eux qui déposent les oeufs de Pâques ici!DSC_1063